Dans l’univers musical de Monvelyno Alexis
juillet 31, 2017
Que nous réserve cette édition ?
juillet 31, 2017

Nous ne négocions ni ne bradons nos valeurs

Le fait de, trop souvent, s’entendre dire « jadis le respect mutuel existait chez nous » me fait croire que nous, en tant que parents, avons quelque part failli à notre mission. Celle d’éduquer au mieux nos progénitures. De cette réflexion, surgissent quelques interrogations préalables à toute analyse ou tout commentaire tendant à remettre en question le vrai rôle de chaque membre de notre société. Que sont-elles ?

Les parents sont-ils conscients de leurs obligations envers leurs enfants et envers la communauté ? Quelle est la définition dont disposent ces parents du mot éducation ? Que devraient faire les autorités en cas de manquement à ces obligations parentales ? Quelle différence fait-on entre instruction et éducation ? Vous comprendrez bien que cette liste est loin d’être exhaustive.

Etre parent est un privilège qui ne devrait pas être pris pour un acquis. Il procure autant de droits que de devoirs qui sont indissociables. Le bien-être familial est primordial pour toute personne normalement constituée se prétendant être père ou mère de famille. La rigueur, la sincérité et le respect sont des valeurs nécessaires au bon déroulement du processus éducatif que chaque parent devrait adopter. Ce sont des clés qui peuvent ouvrir de nombreuses portes. Elles ne sont pas négociables. Ne pas se respecter, c’est accepter que l’on vous traite comme moins que rien. De nombreux exemples de non respect de soi existent dans le Paysage Musical Haïtien (PMH). Ce peut être du fait du public qui se bagarre, des artistes qui ne remplissent pas leur rôle de modèles ou des organisateurs de spectacles qui font fi de leurs obligations professionnelles. Un des derniers exemples en date qui me vient à l’esprit est la bastonnade d’Alan Cavé, à la fin du mois de février 2015, à Atlanta (Georgia USA) par l’organisateur Carlito Corvil et ses proches. Peu importe les raisons, ce genre de comportement est à bannir. Il montre bien le niveau d’éducation, de profession-nalisme et de self-estime de ces gens  qui évoluent dans notre sphère artistique.

Ces agissements sont la conséquence directe de la démission des parents qui tendent à négliger les valeurs traditionnelles haïtiennes au profit de je ne sais quels progrès.

L’erreur que nous parents ne devons plus jamais commettre, c’est de confondre instruction et éduca-tion. Travailler vingt heures sur vingt-quatre pour payer les études de nos enfants restera toujours un leurre si nous n’inculquons pas les bases du savoir-vivre, du respect mutuel et de la tolérance à ces enfants. Ils gagneront certes de l’argent en devenant de grands médecins, avocats, ingénieurs, etc. Mais jamais ils ne bénéficieront du respect auquel ils pourraient prétendre, parce qu’on verra claire-ment leurs lacunes dans leur manière de vivre, communiquer et interagir avec autrui.

 

Pradel SAINT-FLEUR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ABONNEMENT