Le peuple haïtien et l’art musical
juillet 30, 2017
Rubens de Rubens Créations, l’artiste aux pinceaux d’or
juillet 30, 2017

Léogâne, première capitale de la colonie

Située à une trentaine de kilomètres de Port-au-Prince, Léogâne est une commune d’Haïti qui se trouve dans le département de l’Ouest, et est le chef-lieu de l’arrondissement de Léogâne. Sa population actuelle est estimée à environ 182 000 habitants. La commune est composée de la ville de Léogâne et de treize sections communales.

Léogane fut fondée par les colons français dont Bertrand d’Ogeron de la Bouëre qui fut gouverneur de la colonie de Saint-Domingue en 1665. Le nom d’origine de la ville fut Yaguana. En 1669, Léogane ne comptait que 50 hommes portant arme. Le peuplement se fit sur les sites de l’Ester et de la Petite Rivière, siège de la paroisse Saint-Jacques. En 1694, d’Ogeron vint résider à Léogane, ce qui en fit la capitale de la colonie. La région de Léogâne a toujours été considérée comme l’une des régions les plus prospères de l’île d’Hispaniola.

En 1691, les Anglais décidèrent d’attaquer la Petite Rivière, mais furent repoussés par les habitants. En octobre 1694, c’est le tour de L’Ester d’être attaqué, sans succès, par les Anglais. En 1701, on voulut réunir l’Ester et la Petite Rivière mais la diversité des opinions les conserva l’un et l’autre. Le 7 août 1702, une nouvelle attaque, encore sans succès des Anglais, eut lieu. En février 1710 un incendie ravagea la Petite Rivière, ne laissant que six maisons. L’église ne fut pas reconstruite. La paroisse de l’Ester fut supprimée par une ordonnance du 15 avril 1711. La paroisse Sainte-Rose de Lima, sise à Léogâne, succéda aux deux paroisses de la Petite Rivière et de l’Ester.

En 1915, les forces militaires des États-Unis débarquent en Haïti et occupent le pays jusqu’en 1934. Ces forces américaines se déploient dans le pays sans incidents majeurs sauf à Léogâne où Charlemagne Péralte, commandant de la sécurité militaire de la région, refuse de déposer les armes sans en avoir reçu l’ordre officiel des autorités haïtiennes.

Le 12 janvier 2010, Léogâne fut largement détruit par un séisme meurtrier  dont l’épicentre se trouvait sur la commune. Selon l’ONU, 80 à 90 % des bâtiments de la ville ont été endommagés. Le nombre de victimes s’élèverait entre 5 000 et 10 000 morts.

Sur le plan musical, Léogâne a donné naissance à plusieurs grands noms de la musique commerciale haïtienne. Parmi les plus récents, on peut citer Carole Demesmin, Gesner Henry (Coupé Cloué), Rodrigue Milien, Samuel Lubin « Kessy » (décédé à la fin de l’année 2016), etc.

A noter que le film Tourbillon, sorti en 2004, fut écrit et réalisé par le Léogânais Dr Yves Boissonnière. C’est un long métrage de fiction traitant du vaccin du SIDA, de voyages clandestins et de l’amour impossible de deux jeunes étudiants. Pas moins d’une centaine d’acteurs, originaires de Léogâne pour la plupart, ont joué un rôle dans ce film qui a remporté le prix du Meilleur scénario et le prix du Meilleur premier film à New York et à Hollywood.

La canne à sucre, le manioc, les haricots et les mangues de plusieurs variétés, la banane plantain, le maïs, sont les principales ressources économiques de la population. On y cultive aussi beaucoup d’autres denrées et on pratique l’élevage des animaux domestiques. Léogâne est réputée pour son tafia (clairin), un alcool à base de canne à sucre. Elle est la capitale du Rara, une fête populaire alliant musique et chant qui débute au lendemain du Mercredi des Cendres et se termine le Lundi de Pâques. Le « Rara » date de la période amérindienne, c’est-à-dire avant la colonisation espagnole de l’île d’Haïti.

Par Pradel SAINT-FLEUR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ABONNEMENT